06 octobre 2017

Celle qui venait des plaines

bousquet

 

Après Là où tombent les anges, magnifique fresque historique et féministe, et Sang-de-lune, roman dystopique glaçant et percutant, Charlotte Bousquet revient dans la collection Electrogène avec un texte tout aussi réussi.

A travers le destin de Winona Winter, métisse lakota et nièce de Crazy Horse, elle nous embarque dans un Ouest américain mythique, peuplé d’indiens, de cow-boys, de desperados et d’opportunistes. Elle n’omet rien : les massacres de Wounded Knee, les enfants indiens arrachés à leur famille, les missions censées les désindianiser et leur faire oublier leur culture et leur langue. Là-bas, le quotidien est fait d’humiliation et de violence, la nourriture est rare et la haine permanente.

Le récit alterne entre les souvenirs de Winona et le journal de Virgil Wyatt Monroe, jeune journaliste en quête de vérités et d’une hypothétique vengeance. Leur rencontre va bouleverser la vie du jeune homme et mettre à mal ses certitudes.

On y découvre surtout le portrait d’une jeune femme, qui malgré les déracinements et les violences, refuse d’abdiquer et de renier celle qu’elle est.

Texte fort et bouleversant, Celle qui venait des plaines est un roman qui se lit d’une traite, un roman coup de poing, de ceux qui nous hantent longtemps.

À partir de 15 ans.

Noëmie

Posté par MargueriteGarden à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Celle qui venait des plaines

Nouveau commentaire